5 Flares 5 Flares ×

Aussi étonnant que cela puisse paraître, l’ultra populaire Barack Obama n’a pas que des amis parmi les rappeurs. Et le rappeur Lupe Fiasco en est la preuve vivante.

Si ses confrères Young Jeezy, Nas et Jay-Z s’enorgueillissent d’avoir « un président noir » symbole d’espoir et de changement, Lupe Fiasco, lui, n’est visiblement pas conquis. Le célèbre auteur-interprète de Superstar (extrait de l’album The Cool sorti en 2007) l’a fait savoir à l’occasion d’un concert au Hamilton Live à Washington D.C. durant lequel il a interprété pendant près de trente minutes la chanson Words I Never Said tirée de son album Lasers (2011) dans laquelle il déclare ne pas voté pour Barack Obama aux deux dernières élections et reprochant à ce dernier de rester muet face aux attaques de l’armée israélienne dans la bande de Gaza. Dans son récital, le rappeur originaire de Chicago (comme Barack Obama) s’en est également pris à Rush Limbaugh et Glenn Beck, deux animateurs radio auteurs et commentateurs politiques conservateurs qu’il traite de racistes.

« Je suis une partie du problème, mon problème est que je suis pacifique« , rappait Lupe Fiasco, nominé aux Grammy Awards dans la catégorie Meilleur album rap pour Food & Liquor II : The Great American Rap Album Pt. 1. Le rappeur, à qui l’on a ensuite demandé de quitter la scène sous les applaudissements du public, s’en est déjà pris oralement à Barack Obama au cours d’une interview avec Mina SayWhat sur Power 99 FM pour la promo de son album. Lupe Fiasco y accusait le 44e président des États-Unis d’être un tueur d’enfants du fait « des attaques de drones » qu’il a ordonnées en Irak et en Afghanistan.

Source: Purepeople

 

About Bous

Créateur du site Bstar. Passionné de sport, musique, et développement personnel. Adage préféré : Vie tes rêves au lieu de rêver ta vie !
5 Flares Twitter 4 Facebook 1 5 Flares ×
Que pensez vous de l article ?