Bstar.fr présente sa toute première chronique d’album ! et pour commencer nous avons réaliser celle de celui qui détient peut être l’album de l’année : Mister J.cole et son album Forest Hills Drive !

Il nous aura fallu un peu de temps pour écrire cette critique tellement de choses sont à dire sur 2014 Forest Hills Drive. La qualité des prods, le flow bien entrainé de J.Cole et surtout les sujets abordé par cet album ont réussis à le propulser dans les meilleures ventes de fin d’année.

Revenons d’abord sur le contexte de la sortie de ce nouveau projet. 2014 Forest Hills Drive est apparu sans être annoncé et sans single au préalable. J.Cole a voulu jouer sur sa seule popularité et démontrer qu’un tel succès était encore possible même sans marketing derrière. Et un succès s’en est bien un puisque 2014 Forest Hills Drive est une des plus belles réussites de 2014 et figurera sans mystère dans les tops de l’année.

L’album est donc sorti le 9 décembre dernier avec deux clips (Intro et Apparently). La pochette a été prise sur la maison d’enfance de l’artiste (rappelant un certain Marshall Matters) et on retrouve les « z » d’All Eyez On Me sur plusieurs de ses chansons (Wet Dreamz, A Tale of 2 Citiez, Love Yourz).

J.Cole veut-il faire de cet album un classique ?

J_cole-bstar-letterman

Pour en revenir à l’ambiance générale de l’album, Cole oscille avec brio entre différents types de prods et passe de sujets légers à certaines thématiques plus graves.
Avec Introduction et January 28th, J.Cole parle d’un sujet brulant aux Etats-Unis. Quel est le prix de la vie d’un homme noir aujourd’hui ? A t-elle autant de valeur que celle d’un autre homme malgré les vidéos accablantes des violences policières américaines ? Il continue en ajoutant que les noirs sont trop peu représentés dans les médias sauf quand ils dribblent ou font de la musique.

Certaines paroles dont on vous parlait un peu plus tôt ont beaucoup participées à la médiatisation générale du projet. J. Cole se porte comme un défendeur de la culture afro-américaine à plusieurs reprises. Dans Fire Squad, il avertit les noirs américains que ce qui est arrivé au rock est en train d’arriver au hip-hop. En d’autres termes, il fait un parallèle entre la montée d’Elvis Presley quand Chuck Berry perdait en popularité, et le succès « grandissant » des rappeurs blancs. Il cite comme exemple Eminem, Mackelmore et Iggy Azaela.

De tels propos sont dangereux à manier. Étant très vagues, différentes interprétations peuvent être faites. Certains y voient une sorte de racisme qui voudrait que les blancs laissent le rap aux noirs. D’autres y voient une pique envers les institutions musicales ayant tendance à toujours récompenser les artistes blancs (Mackelmore avec The Heist plutôt que le GKMC de Kendrick Lamar).
Ces propos ayant suscités de nombreuses polémiques, Cole s’est vite rattrapé en expliquant que ce n’était absolument pas une attaque et qu’Eminem comptait parmi ses plus grandes influences et ses rappeurs préférés.

 –

Cole aborde bien d’autres sujets comme dans Wet Dreamz où il nous parle de sa première fois. D’un ton humoristique et aidé par une des meilleures prod de l’album, il raconte leur rencontre et comment il s’est inspiré des films pornos pour assurer au lit. Wet Dreamz sera suivie de peu par G.O.M.D qui marquera la transition. Après la première fois au lycée, Cole raconte les multiples aventures sans lendemains. Enfin, No Role Modelz conclut cette trilogie et l’on apprend qu’il cherche désormais le véritable amour, « le même que Will et Jada ».
Divers sujets sont ensuite abordés toujours sur d’excellents beats.

J.Cole signe donc un album bien plus personnel que ses derniers. Ce sont ses propres impressions et pensées qu’il nous transmet au long de l’écoute. Si l’album souffre quelques fois de baisse d’ambiance comme avec St. Tropez ou Love Yourz, c’est dans l’ensemble plutôt une réussite et le meilleur album de J.Cole à ce jour.

Conclusion : J. Cole confirme ce que nous avions annoncé il y a 1 an et demi. J. Cole fait partie de la génération qui va réanimer le hip hop. Et en attendant l’album de Kendrick Lamar, Cole vient de nous prouver avec 2014 Forest Hill Drive que nous avions raisons de lui faire confiance….

Note attribuée : 4/5

Quelques titres essentiels :

–          January 28th
–          Wet Dreamz
–          Fire Squad
–          G.O.M.D
–          No Role Modelz

 

About Syx Maz

Hip-Hop saiyajin à l'écoute - https://soundcloud.com/syxmaz
Que pensez vous de l article ?