Aujourd’hui sur Bstar on vous propose une critique du nouvel album de TY Dolla $ign : Free TC

 

On dit qu’on reconnaît un artiste confirmé au son unique qu’il produit. Si cette règle s’avère incertaine pour bon nombre de superstars actuelles, Ty Dolla $ign s’illustre lui bel et bien par sa touche distincte. Rappeur – chanteur mélangeant hip-hop et r&b sur une grande partie de ses morceaux, c’est aussi un mélange constant de violons, saxophones, choeurs gospel agrémenté d’une touche de Mustard.
Free TC continue donc dans la tradition des Beach House, $ign Language et efface la déception de la mixtape Airplane Mode sortie précédemment dans l’année.

Avec une sortie plus que maitrisée (aucuns leaks à part les 7 chansons qu’on peut retrouver sur sa page soundcloud), TY$ dévoile son premier album après 8 mixtapes et 1 EP. C’est en 2013 qu’il perce vraiment avec Paranoid puis Or Nah, c’est deux grands succès jusqu’à aujourd’hui. C’est Blasé qui refait maintenant son chemin jusqu’aux radios de la planète hip-hop, mais soyons clairs, TY$ a fait bien mieux que ca dans sa nouvelle sortie.

tydollasign-bstar

L’album s’ouvre avec LA, une des meilleures pistes. Suivant la vague de Kendrick, Dre et The Game, TY$ déclare son propre hymne à la ville californienne. Funky avec un Kendrick toujours prêt à défendre la terre de 2Pac, cette chanson résume à elle seule bien l’album.
Kendrick ne sera pas le seul artiste à collaborer sur Free TC. Conscient de sa nouvelle notoriété, c’est une vingtaine de rappeurs et chanteurs qui se bousculent sur l’album : R.Kelly, E-40, Brandy, Babyface, Trey Songz ou YG pour ne citer qu’eux. On connait l’amour de TY$ pour les featurings mais il ne s’est laissé que 2 pistes solo pour vraiment laisser libre cours à sa créativité. C’est dommage quand on se rend compte que l’artiste a bien plus a apporter que beaucoup de rappeurs actuels.

Horses in the Stable est ainsi une des chansons centrales du projet reflétant parfaitement les facettes de sa personnalité. De par l’instru d’abord faite à partir de guitare acoustique comme on pourra en retrouver sur Solid avec Babyface, mais surtout par ces paroles coutumes de Dolla $ign. On lui connait un amour sans borne pour le sexe féminin qui sera ainsi parfaitement resumé ici :

I snap my fingers they be on me just like that
They know the way that I’m living ain’t right
You just another girl and this is just another night

Comme il l’explique dans Straight Up, les sentiments ne marchent pas sûr lui et ces relations resteront purement sexuelles. C’est un sujet récurrent sur l’album important au même titre que la marijuana avec qui il dit passer l’essentiel de ses journées.

On retrouvera quelques bangers à la sauce Paranoid destinés à être passés en club comme Blasé, Saved et Bring It Out To Me qui manque un peu d’originalité en reprenant tous les ingrédients évidents du tube à la DJ Mustard. C’est pourtant seulement dans les « slow jamz » 90’s que TY$ s’illustre le mieux. Des chansons comme Straight Up, Guard Down en featuring avec Kanye West et Diddy, Actress ou l’excellente Wherever sur la double track Miracle/Wherever de 8 minutes.

TY$ dit avoir dépensé 60’000 dollars pour s’offrir les services du Benjamin Wright Orchestra sur cette dernière. Si la somme peut paraître excessive, elle est pourtant plus que bien investie dans ce superbe featuring avec Big TC. Celui qu’on avait pu aussi entendre sur Big TC in Too Deep sur l’album $ign Language est en fait le petit frère de TY$ actuellement en prison. La partie de Big TC est ainsi enregistrée à travers l’interphone d’où le son amateur qui avait pu interpeller sur Big TC in Too Deep (qui reste pourtant une des meilleures tracks de $ign Language). Les circonstances de son emprisonnement restent troubles ; l’histoire parle d’un meurtre dont il serait innocent, d’où le nom de l’album Free TC.

Pour son premier album TY Dolla $ign remplit donc le contrat. Dans la lignée de son EP et ses dernières mixtapes, $ign nous confirme son style bien personnel sans toutefois surprendre particulèrement. A part quelques tracks moins intéressantes destinées à devenir des tubes, les chansons sont globalement toutes une réussite dans lesquelles on voit apparaître beaucoup de style et d’artistes différents. Il reste quand même du chemin au rappeur à parcourir pour sortir l’album ultime qui aurait pu côtoyer les meilleures sorties de 2015 comme The Documentary 2 ou At.Long.Last.A$AP. C’est toutefois un must à écouter dans le cru de cette année qui restera définitivement un de mes albums favoris rien que pour pour Miracle/Wherever, Horses in The Stable et Straight Up.

About Syx Maz

Hip-Hop saiyajin à l'écoute - https://soundcloud.com/syxmaz
Que pensez vous de l article ?